Historique

Le temps passe bien vite … cela fait plus d’un quart de siècle qu’est né l’Historic Motos Ardennais.

L’historique de cette magnifique aventure !

Mr. Charles Leconte était à l’époque président de la section provinciale du Luxembourg. Aidé par l’AMC Libin/Jéhonville (organisateur de la course de côte du Ry de Glands / Transinne), il en fût le point de départ.

A Jéhonville, le tracé inauguré quelques années auparavant par le ministre Olivier, n’avait plus d’épreuves. Grâce à la bienveillance du ministre, Jéhonville et ses 2.750m avait reçu un tout nouveau revêtement (le parcours avait été renouvelé dans la même période que Francorchamps, par une entreprise d’Awenne). Il recevait une fois l’an, une épreuve « motos modernes », manche du championnat de Belgique.

Dès l’abandon des courses modernes par l’association AMC Libin/Jéhonville, une équipe de trois personnes eu la bonne idée d’organiser sur ce tracé, une épreuve pour motos anciennes.

Pourquoi ce choix ? Par passion de la compétition motos et principalement des belles ancêtres, mais également parce que, même si l’épreuve se déroulait sur circuit, le montant d’assurance était semblable à celui d’une course de côte. Via Marc Stinglhamber, la nouvelle association pu obtenir cette assurance.

Les « ancêtres » n’étant pas reconnues par la fédération, il revenait à l’organisateur de trouver des solutions. Depuis, les temps ont bien changés, il n’y a qu’à regarder l’émulation d’autres clubs pour organiser pareilles épreuves à l’heure actuelle.

Regroupés en association de faits, Marc Wanlin (disparu en 1994), Simone Vuidar et Roland Martiny donnaient naissance en 1985 au V.M.R.O. ainsi qu’à cette épreuve Historic Motos Ardennais, la première du genre dans notre pays, sur le circuit de Jéhonville (Bertrix).

Pour leur venir en aide, le Motor Club Chevy #41 de Libramont (#41 en souvenir du pilote de St-Hubert, Michael Paquay), s’est associé au V.M.R.O.

En 2004, le V.M.R.O ne souhaitant plus persister à Jéhonville, cette manifestation change de localisation. Les raisons sont relativement simples : le travail à fournir pour la mise en place du meeting est trop conséquent, la sécurité sur un tracé naturel devient relativement peu fiable et de plus en plus aléatoire, la mise au point des engins et la vitesse de ceux-ci évoluent de manière impressionnante et la perte de quelques amis pilotes n’a rien arrangé.

L’organisation et le stress d’un tel rassemblement sur un circuit routier est à l’origine de ce changement de décor.

Direction Gedinne en 2004 puis le domaine militaire de Saint-Hubert en 2005 et 2006.

Suite aux nombreuses demandes des pilotes, l’équipe reviendra tout de même à Jéhonville de 2007 à 2009. Mais les travaux de voirie prévus sur le tracé rendent l’organisation d’une telle course impossible. Le manque de finances et de main d’oeuvre sont également à l’origine de la suppression définitive de l’épreuve de Jéhonville.

L’épreuve 2010 ayant été annulée faute d’homologation du circuit Goodyear au Luxembourg. 2011 fut donc la 24ème organisation, sur le tout nouveau circuit de Mettet.

Le temps d’une pause en 2012 afin de trouver de nouvelles idées, le Motor Club Chevy #41 organisera en 2013, un « revival » composé d’une balade motos et d’une soirée souvenirs afin de récolter des fonds pour une éventuelle manifestation en 2014. Cette journée s’est déroulée au départ du petit village de Moircy (Libramont).